• L'Art de travailler le bois.

    L’artisan ébéniste  et l’artisan menuisier, fabriquent avec amour des meubles uniques, inspirés de modèles Arabes et Berbères anciens, mais adaptés aux exigences de la vie moderne.

    Les meubles conjuguent noblesse du matériau du hêtre principalement et du palmier dans le sud  tunisien "Meubles Berbères" un savoir-faire ancien. La plus part des meubles sont conçus en atelier "sur mesure". L’artisan écoute, vous accueille, conseille : il se fait  un plaisir de vous parler de son art ancestral.

    Au sud, le matériau de base est le palmier dont sont fabriquées les portes, les volets,  des portes manteaux, des meubles d'entrées, des tables basses, et des meubles selon le style pour ornement d’entrées

    Portes d'entrées

    Porte d'entrée             Porte d'entrée

    Fenêtre et volet

    Volet bois

    Portes manteaux 

    Porte manteau   Porte manteau

    Meuble d'entrée mural

    Meuble d'entrée mural   meuble d'entrée mural

    Meuble d'entrée sur pieds

    Meuble d'entrée sur pieds     Meuble d'entrée sur pieds

    Tables basses

    Table basse verte       Table basse ocre

    Miroirs, ornements d'entrée 

    MON Miroir

    Miroir   MON Miroir

     

     

    L'habitat traditionnel Berbère comprend peu de mobilier, la famille prend ses repas à même le sol, sur des nattes ou tapis. Le seul meuble est bien souvent le coffre appelé sandouk  qui a servi au transport du trousseau et dans lequel on range les vêtements.

    Sandouks ou coffres 

    Mon premier coffre    Mon deuxième coffre

    Coffre d'une amie

     

     


    21 commentaires
  • La Mosaïque, joyau de l'Art Antique de la Tunisie.

    La mosaïque est un art décoratif où l'on utilise des fragments de pierre, d'émail, de verre ou encore de céramique, assemblée à l'aide de mastic ou d'enduit, pour former des motifs ou des figures. Quel que soit le matériau utilisé, ces fragments sont appelés des tesselles.

    La Tunisie possède l'une des plus importantes collections de mosaïques anciennes au monde. Des milliers de pièces ont déjà été mises à jour dans presque toutes les régions du pays. Les fouilles archéologiques en cours continuent d'enrichir cet héritage. En effet la collection de mosaïques est tellement riche en Tunisie qu'on a pu dire que le pays tout entier en était couvert. Les débuts de cet art artistique remontent au 5ème siècle avant J.C. Les pièces les plus anciennes ont été trouvées à Carthage et Kerkouan. Peu à peu, la technique s'est affinée et on a assisté à l'avènement d'une mosaïque typiquement africaine caractérisée par une polychromie raffinée.

    Ces mosaïques décrivent différents thèmes de la vie courante en ce temps là et on compte parmi elles, les Combats, les loisirs, les scènes de la vie courante, la pêche et la chasse....

    La chasse

     Il existe de nos jours tout un art dédié à la reproduction de ces mosaïques. Cet art qui a ses sources dans l'antique Ifriqiya, cède facilement à la tentation de reproduire, avec une stupéfiante fidélité, des scènes de la vie quotidienne, ou à saisir dans les moindres détails, des moments particuliers de l'Histoire qui font l'apologie des hauts personnages, faits d'héroisme et de bravoure tel que le triomphe de Neptune, figuré debout sur un char, (mosaïque datant du III ème siècle Ap. JC et trônant au Musée de Sousse)

    le triomphe de neptune

    La mosaïque était beaucoup utilisée pendant l'Antiquité pour la décoration intérieure des maisons et des temples Elle est associée en particulier aux sites romains bien conservés tels que Pompéi ou Herculanum. Cependant, la mosaïque a continué à être utilisée tout au long du Moyen Âge, en particulier chez les Byzantins, continuateurs des Romains (basilique San Vitale de Ravenne), et de la Renaissance. Ainsi, nombre de représentations picturales ornant les murs de la basilique Saint-Pierre sont réalisés selon cette technique.

    Plusieurs procédés coexistent. Le plus connu, l’opus tesselatum, emploie comme tesselles des abacules, c'est-à-dire des petits cubes de pierre, collés soit directement sur la surface à paver, soit sur un enduit intermédiaire. Il existe aussi l’opus sectile, qui utilise des fragments de tailles inégales de pierre, de marbre ou même de verre coloré.

    le bateau d'Ulysse


    13 commentaires
  • La chéchia: Est un couvre-chef masculin porté par de nombreux peuples islamisés. Elle est le couvre-chef national de la Tunisie.  

    La chéchia traditionnelle est faite de laine peignée tricotée  par les femmes qui confectionnent les bonnets kabbous.

    1-kabbous 

    Cousine du béret européen, la chéchia est à l'origine un bonnet en forme de calotte de couleur rouge vermillon en Tunisie,  Jusqu'au XIXe siècle, elle est souvent entourée par un turban. C'est sans doute de là que vient le mot français « chèche » qui désigne le litham touareg.

    Ces derniers sont envoyés au foulage : ils sont mouillés avec de l'eau chaude et du savon et foulés aux pieds par des hommes afin de les détremper, à tel point que les mailles du tricot disparaissent quasiment. Vient alors le traitement du chardon, qui sert au cardage ou peignage du bonnet, afin de transformer le feutre en velours duveté. 2- fabrication chéchia

    Cependant, de plus en plus souvent, le chardon est remplacé par une brosse métallique. C'est à ce stade de la fabrication que la chéchia est teintée de sa célèbre couleur rouge vermillon bien qu'on en trouve désormais de couleurs plus variées.                                     3- Atelier des chéchias

    Après l'indépendance de la Tunisie en 1956, avec l'arrivée des produits manufacturés et de coutumes en provenance de l'Occident, le port de la chéchia tend à se limiter aux vacances et aux fêtes religieuses, et est souvent associé au troisième âge. Les revenus des fabricants s'en ressentent et beaucoup sont amenés à renoncer à cet artisanat. De plus, les gens vivants dans la campagne tendent à abandonner ce couvre-chef traditionnel au profit de ses équivalents moins chers et de fabrication industrielle   La tradition fait remonter sa fabrication à Kairouan au deuxième siècle de l’hégire (9ème siècle Après JC). Trouvant en Tunisie et au grand Maghreb une seconde patrie, ils implantent l’artisanat de la chéchia au début du 16ème siècle pour devenir le symbole vestimentaire de notre pays.

                                           Tunisen portant la chéchia

     


    13 commentaires
  •  Les poufs tunisiens.galerie1

    Les poufs font partie du patrimoine culturel arabe. Les poufs en cuir sont des éléments de mobilier typiquement arabes, traditionnellement utilisés pour s’asseoir autour des tables basses, présentes dans les tentes. De nos jours, ils décorent les salons arabes et occidentaux, où ils sont utilisés comme tabourets ou encore comme repose-pieds, ils sont réalisés à la main dans l'amour de la tradition.

    1- pouf 2- pouf 3- pouf

    4- pouf 5- pouf 6- pouf

    7- pouf 8- pouf 9- pouf 

    10- pouf

     Les Babouches.

     Les babouches sont les chaussures traditionnelles par excellence de la Tunisie, des pays du Magheb et de l’ensemble du monde arabo-musulman, les babouches témoignent de l’originalité de l’artisanat tunisien. Proposées par les artisans dans plusieurs coloris, les babouches séduisent pour leur forme, leur confort et leur qualité. Les hommes et les femmes de toutes les classes sociales les affectionnent. Les babouches sont des sandales plates à bout pointu. L’avant est fermé par une seule pièce et l’arrière laisse voir le talon. Réalisées en cuir naturel, elles sont colorées ou non, ornées de motif ou non. Les babouches sont appelées balgha en Tunisie.

    1- babouche 2- babouche

    3- babouche 4- babouche

    5- babouche

    Elles témoignent de l’importance du travail du cuir dans ce pays hautement artisanal. La maroquinerie forme en effet, avec la Poterie et le travail du cuivre, l’une des activités artisanales les plus pratiquées en Tunisie.

     Maroquinerie des sacs, porte-documents, porte-feuilles etc.

    Le cuir en Tunisie comme les portefeuilles, porte-monnaie, sous-mains, sacs, valises, spécialités des régions de Tunis, Sfax et de Kélibia. Une infinité d’autres objets en maroquinerie, utilitaires ou décoratifs.

    1-  tout cuir

    Deux sacs , le premier en cuir et laine, le deuxième en cuir et poils de dromadaires.

    sac cuir et laine sac cuir, laine et poils de dromadaire

    valise cuir rouge valise cuir noir

    valise voyage sac à dos

    Les selles. 

     

    Les métiers du cuirs englobent plusieurs branches : sellerie, broderie sur cuir, fabrication de la chaussure traditionnelle (belgha),. La sellerie d’apparat était – et reste- la branche la plus prestigieuse de cette activité. La selle, avec ses broderies variées, peut être un chef-d’œuvre de cet art. Les selliers avaient leur souk : “sarrajine”.

    Selle Berbère de mulet berbère, cuir et laine - Selle Bédouine de mulet cuir, laine et poils de chévres

    selle berbère cuir laine selle bédouine cuir laine et poils de chévre

    Selles de Fantasia.

       fantasia1fantasia2

    fantasia3 fantasia4

    fantasia5 fantasia6


    8 commentaires
  • 1.1 L'artisanat du cuivre a connu son âge d'or en Tunisie au XVIIIième siècle, notamment dans les grandes villes (Tunis, Djerba, Sfax et Kairouan). Les objets en cuivre sont un élément important du trousseau de la mariée dans les familles citadines jusqu'à la moitié du  XXième siècle.

    1

    La spécialité du cuivre ciselé constitue l'un des vieux métiers les plus dynamiques.
    Cette activité qui remonte à l'époque des Aghlabides a su préserver sa pérennité malgré les prix exorbitants de la matière première.

    La production s'est maintenue à un rythme élevé avec une moyenne annuelle de 4000 articles divers, notamment :

     

    Couscoussier,               Marmite,                     Casseroles,                Plateau

    couscoussier marmitte casseroles plateau 

     

    Nécessaire bain Hammam,       Chaudron,              Aiguière,              Broc

    hammam chaudron aiguière broc

     

    Bassine,                             Seau,                    Cendrier,                      Gobelet

    bassine seau cendrier gobelet 

     

    Faitout,                         Assiette,                        Encensoir,                  Pilon

    faitout assiette encensoir pilon

     

    Tagine,                  Bouilloire,            Lanterne,              Lampe

    tagine bouilloire lanterne lampe 

     

    Cache-pots,            Théière,             Pots à épice,       Table cuivre blanc

    cache-pot théière pots à épices table cuivre blanc 

     

    Le cuivre en Tunisie est émaillé, ciselé ou gravé. Comme l’orfèvrerie, L'Artisanat du cuivre est une activité de ville.

     

    Le cuivre est, avec le fer, le métal dont l’artisan Tunisien fait le plus grand usage. Le souk du cuivre, où se concentre cet Artisanat, est un endroit animé et bruyant mais il a son charme et attire beaucoup de visiteurs. Ceux-ci restent admiratifs devant les artisans qui, avec des marteaux de toutes tailles et de toutes formes, tapent à longueur de journée sur des feuilles de cuivre pour leur donner les formes les plus diverses. Souvent, les objets faits en cuivre sont étamés. Les familles tunisiennes ont l’habitude de faire renouveler l’étamage chaque année.
    La diversité des formes et des dimensions est le résultat du grand nombre d’usages auxquels servent ces objets, dans la cuisine et, de plus en plus, hors de la cuisine. Les formes varient aussi d’une région à une autre. La technique la plus courante est le martelage. Cependant la ciselure pourrait se faire remarquer davantage parce qu’elle s’expose plus. Les artisans ciseleurs travaillent souvent devant leur échoppe, notamment dans les rues fréquentées par les touristes. La production est très diversifiée.

     Sur les ouvrages précieux, on peut trouver des incrustations en fil d’argent pour rehausser un décor géométrique ou pour réaliser de belles calligraphies reproduisant des versets coraniques. Il arrive que des objets habituellement faits en cuivre soient réalisés en laiton. Mais c’est le cuivre qui est le plus largement utilisé. Pour décorer ces objets les artisans ont à leur disposition un large répertoire : motifs floraux, compositions géométriques, silhouettes de marabouts ou de mosquées, des vases garnis de fleurs, des compositions calligraphiques… Des artisans ont ajouté aujourd’hui d’autres motifs comme les chameaux ou les gazelles.

     

     Djerba


    6 commentaires
  • Art de Ferronnerie Ferronnerie d'Art :

     C'est aux Andalous que  l'on attribue la décoration des portes cloutées devenue caractéristique du fer forgé tunisien. Bleues elles aussi par tradition, les grilles en fer forgé garnissent fenêtres et bouches d'aération des cuisines et des salles de bains. Leurs entrelacs de métal tranchent avec la sobriété des façades blanchies à la chaux. Destinées à embellir les maisons et à préserver l'intimité des habitants, ces grilles rappellent les moucharabiehs de la tradition arabo-andalouse (panneaux de bois sculpté qui permettaient aux femmes de regarder dans la rue sans être vues).

    ferr1

    fer2

    3  3

     

    5

    6

    7

    8


    4 commentaires
  • Les Tapis :

    Les utilisations du tapis sont multiples, que  ce soit dans les milieux citadins, campagnards ou nomades : tapis de sol, tapis de selle, tapis de prière, tapis de décoration murale etc. On distingue aujourd'hui plusieurs types de tapis  typiques de l'artisanat Tunisiens . Les tapis sont encore exécutés à la main par des petites mains féminines .

    2

    1


    6 commentaires
  • Poteries et céramiques :

     La poterie désigne à la fois la fabrication d'objets en terre façonnée et cuite au four, et les objets ainsi fabriqués. Son invention a eu lieu pendant la préhistoire : Un foyer d'invention, situé en Afrique saharienne, a quant à lui été daté du VIII eme millénaire av. J.-C. La fabrication de pièces d'argile blanche remonte au début de la dynastie Han, 200 ans avant l'ère chrétienne. Au début, les potiers tiraient du kaolin des pâtes douces et blanches. La conduite de la cuisson jusqu'à 1200°C environ et les poteries blanches vitrifiées utilisant des pâtes principalement composées de kaolin. Peu à peu, ils apprirent à atteindre des températures de cuisson plus élevées et à modifier leurs pâtes pour obtenir la dureté, la blancheur et la translucidité de la porcelaine véritable. Cette découverte de la porcelaine a été un triomphe technique dans le domaine de la céramique .

    poterie1

    poterie1

    pot

    lampe

     

    Ahmed de Guellala

    magasin d'Ahmed à Guellala


    Céramiques :

    céras

    plat

    céramiqueravier

    Céramiques murales :

    mural  mural1 

    mural2

      


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique