• Les touaregs, appelés les ‘hommes bleus’ …‘les hommes voilés’ ….
    Encore ‘les gens de parole’ …Les ‘Amazighens’, Les fils du vents….

    Hommes Bleus Je ne sais pas mon âge, je vis sans papiers ! Je suis né dans un campement de Nomades .

    J’ai été le gardien des dromadaires Touareg, chèvres, moutons et vaches de mon père.

    Aujourd’hui j’étudie la gestion à l’université de Montpellier. 
    Je suis célibataire. Je défends les bergers touaregs. 
    Je suis musulman. Sans fanatisme.

    sourire Quel beau turban !
    C’est fait en fine toile de coton. Cela permet de couvrir le visage, dans le désert, et de continuer à voir et respirer... 
    C’est d’un bleu très particulier. 
    Nous, les Touaregs, sommes appelées “les hommes bleus” pour cela. Le tissu déteint un peu et notre peau prend cette couleur bleutée. 
    Comment obtenez-vous cette couleur ?
    Avec une plante appelée indigo mélangée à d’autres pigments naturels.
    Pour les Touaregs, le bleu est la couleur du monde.
     Pourquoi ?
    C’est la couleur dominante : celle du ciel, de nos tentes...

    CaravaneQui sont les Touaregs ? 
    Touareg signifie “abandonnés”, parce que nous sommes un peuple de nomades du désert très ancien.
    Nous sommes solitaires et orgueilleux. On nous appelle aussi “les seigneurs du désert”.
    Notre ethnie est Amasigh (Berbère), et notre alphabet est Tifinagh.
    Vous êtes nombreux ?
    Trois millions environ. Et la majorité reste nomade. 
    Mais la population diminue. Est-il besoin qu’un peuple disparaisse pour qu’on sache qu’il a existé ? Disait un sage...
    Je lutte pour préserver mon peuple.

    Caravane au repos Comment vivez-vous ? 
    Nous nous occupons des troupeaux (dromadaires, chèvres...) dans un royaume immense et silencieux.
    Le désert est très silencieux ? 
    Quand on est seul dans ce silence, on entend battre son coeur. Il n’y a pas de meilleur endroit pour être seul. 


    Regard dissumuléQuel souvenir d’enfance avez-vous ?
    Le réveil avec le soleil et au loin les chèvres de mon père...
    Elles nous donnent du lait et de la viande. Nous les emmenons là où il y a de l’herbe et de l’eau.
    C’est ainsi que faisaient les anciens. C’est ainsi que nous continuons de faire.
    Pour moi il n’y avait rien d’autre et j’étais heureux comme ça.

    Mais ce n’est pas très stimulant...Touaregsable 
    Mais c’est beaucoup ! A sept ans on te laisse déjà t’éloigner du campement pour que tu apprennnes des choses importantes : flairer l’air, écouter, développer ton acuité isuelle, t’orienter avec les étoiles... Et te laisser guider par le dromadaire si tu te perds car il t’emmenera toujours où il y a de l’eau.

    Savoir tout cela a beaucoup de valeur.

    yeux

     Regard craquant

    Fermez Un air de vent de sable ♫ pour écouter la vidéo

     


    31 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique