• Fêtes et Festivités :

    Fin Mars : Festival des Ksours à Tataouine.

    Avril - Mai : Pélerinage de la Synagogue de la Ghriba (la Pâques juive) à Er-Riadh à Djerba.

    Juillet : Festival des éponges à Zarzis.

    Fin Juillet : Festival Ulysse à Djerba.

    Août : Festival de Sidi Jemour à Djerba.

    Août : Festival  des traditions populaires des îles méditerrannées à Midoun à Djerba.

    Août : Festival de Matmata.

    Août : Festival de la poterie à Guellala à Djerba.

    Septembre : Régate des planches à voiles à Djerba.

    Novembre : Journée du tourisme saharien à Tataouine.

    Fin Décembre : Festival de l'olivier à Bir Lahmar-Tataouine.

      


    votre commentaire
  • El kettar : (essence florale)

    La saison du zhar, une des spécificités agricoles de la région du Cap Bon, c’est une belle tradition qui se perpétue de génération en génération au grand plaisir des connaisseurs !!
    Cette opération s’effectue d’une manière artisanale dans les familles, grâce à des alambics en cuivre. Les eaux florales proviennent de l’eau de condensation qui est récupérée de l’essencier de l’alambic ( el kettar)
    La partie inférieure de l’alambic (tangra) est soumise à une chaleur produisant de la vapeur qui va traverser les fleurs placées dans le kettar de l’alambic, laquelle vapeur condensée sera récupérée dans un récipient et se transformera en eau florale.El Kettar

    Le Hammam :

    Le hammam est une tradition datant des thermes romains.
    Les Turcs s'en sont ensuite inspirés avec le « bain turc » ou « bain maure », puis les pays arabes l'ont progressivement adopté car il répondait aux exigences de purification et d'ablutions imposées aux musulmans avant les prières rituelles.
    Le hammam, qui est à l'origine un lieu de purification du corps, est surtout devenu un lieu de vie sociale où les hommes et les femmes se retrouvent chacun de leur côté
    La définition du hammam est simple : c'est un bain de vapeur chaude et humide. La température de la vapeur atteint environ 50 °C. hammam

    Tasse et pot pour le Hammam:

    Pot pour le Hammam Traditionnel : pour y mettre de l argile

    Tasse de Hammam : petite coupoles avec lesquelles on s'asperge d'eau plus ou moins froide pour se "rafraîchir" où tout simplement se rincer. tasse et coupole hammam

    Encens en grains parfumé :

    Cet encens de culture arabe appelé communément Bakhour (ou Boukhour) provient d’un mélange savant de diverses matières telles que le bois de santal, l'agar, l'huile naturelle, et d'autres composants issus du milieu naturel arabe. Il est couramment utilisé pour embaumer les maisons arabes ce qui leur confère une atmosphère aussi dense que pittoresque unique en son genre.
    Le Boukhour présenté ici est de très grande qualité.  

    encens 

     

    Khellala:

    Fibules, anneaux torsadés ou simples munis d'une longue épingle
    Ces broches ont une fonction précise. Elles permettent aux femmes de draper la robe "Khellala" autour de leur corp, de manière à former une longue robe retenue à la taille par une ceinture .
    Pour fabriquer un akhelkhal, l’artisan bijoutier coule un lingot d’argent dans un moule de terre, l’aplatit à coups de marteau pour l’élargir et le cisèle. La lame de l’akhelkhal est partagée en quatre parties, décorées de deux motifs dont chacun est repris deux fois. Ces motifs sont alternés ou disposés de telle sorte que l’un soit encadré par l’autre. Les motifs décoratifs, assez variés, sont des triangles, des losanges, des fuseaux, des volutes et des fleurs ; les encadrements des lignes doubles ou brisées, des petits demi-cercles réalisés au moyen d’une gouge, des hachures, des petites perles, etc. khellala

    khomsa : (main de Fatma)   

     La Khomsa symbolise la préservation contre le mauvais œil, on l’invoque aussi en tendant la main envers la personne incriminée pour dérouter le mauvais sort
    Le mot khomsa est devenu le symbole qui repousse les maléfices.
    Les cinq doigts, représentés ensemble par la main est une amulette très répandue dans notre pays et même dans toute l’Afrique du Nord, elle porte le  nom KHOMSA on lui a donné l’appellation touristique : MAIN DE FATMA.

    khomsa

     

     


    6 commentaires
  • La circoncision.

    circoncision


    La circoncision est un rite très ancien. Les égyptiens la pratiquaient déjà bien avant les juifs et les musulmans. Elle revêtait pour les pharaons un caractère initiatique. Cette opération avait lieu vers treize ou quatorze ans. Au début, la circoncision était sans doute un privilège de caste avant qu’elle ne se généralise dans toute la société égyptienne.
    Chez les premiers chrétiens, la circoncision fit l’objet de longs débats avant que lui soit préférée au final une célébration symbolique, sans atteinte corporelle, le baptême.
    Les juifs et les musulmans fidèles aux commandements de leurs prophètes continuent de pratiquer la circoncision. Médicalement, cette pratique est soutenue pour sa contribution qu’en à la diminution des risques d’infection.

    Si la circoncision du nouveau-né, chez les juifs, doit avoir lieu obligatoirement le huitième jour, il en va autrement chez les musulmans. En effet, rien n’est dit à ce sujet dans la sounnah, la tradition. Elle peut être faite à n’importe quel moment, avant que l’enfant n’atteigne l’âge de la puberté, ceci dans un souci de facilité et d’hygiène. La fourchette d’âges où est pratiquée la circoncision se situe entre deux et dix ans. Pourtant, selon la tradition, il est possible de la pratiquer après 7, 14 ou 21 jours après la naissance. Il incombe donc aux parents de se renseigner sur le moment le plus propice pour la circoncision. 

     

    La saison estivale correspondant aux vacances scolaires pour effectuer ce rite dans une atmosphère festive qui n’a parfois rien à envier aux cérémonies de fiançailles ou de mariage. Le mois de ramadan est également une période propice pour effectuer la circoncision. C’est généralement durant la deuxième quinzaine de ce mois sacré qu’à lieu la circoncision et la journée du 27ème jour « Leilat El Kadr » (la nuit du destin) est particulièrement prisée.

    Pendant longtemps, la circoncision s’est faite par des barbiers puis par le personnel paramédical. Actuellement, c’est un acte chirurgical effectué par un médecin ou un chirurgien sous anesthésie générale, parfois locale. Cette intervention consiste à extraire le repli de peau (le prépuce) qui couvre la tête (gland) et une partie du corps du pénis.
    Cet acte chirurgical est considéré comme étant « non thérapeutique, c’est-à-dire qu’il n’est pas nécessaire d’un point de vue médical. C’est pourquoi, il n’est pas remboursé par la sécurité sociale.

    Comme nous l’avons dit, la circoncision est vécue comme une fête.
    La veille, le petit garçon est soigneusement préparé. On le lave, on lui enduit les mains de henné et on lui met de nouveaux habits blancs traditionnels dont la chéchia rouge et la jebba. Le lendemain, la grande famille se réunit autour d’un repas organisé pour l’occasion par le père de l’enfant circoncis.

     

      

    Avant la cérémonie l'enfant habillé d'une Jebba blanche ou rouge est amené sur un cheval  en traversant le village

    l'enfant amené sur un cheval blanc

    avant-circoncision   Ahmed

    Circoncision

    Tableau représentant la circoncision : peintre Rothenburg en 1709


    7 commentaires
  • Costumes Traditionnels Masculins , tenue de soirée et de Mariage.

    1- jebba Le costume traditionnel masculin  "La Jebba" est aujourd’hui encore, la tenue par excellence pour les mariages et les cérémonies.

    2- jebba de marié

    La "jebba" Cet habit ample cousu main fermé est accompagné d'une "farmla" ou "badia"(gilet court sans manche) ou "sadria" (gilet) des fois avec "mentane" et d'un pantalon court "seroual". La "farmla" et la "badia" sont minutieusement coupées, brodées et cousues par des hommes de métier hautement qualifiés.  Ici un Sarouel

    3- sarouel

    La jebba a subi de larges influences andalouse et turque pour se présenter telle qu'elle apparaît aujourd'hui. Quelle que soit la région, le costume traditionnel masculin reste le même, seuls le tissu et la broderie diffèrent. Le costume traditionnel tunisien est composé de plusieurs pièces dans différentes qualités de tissus (soie, toile de lin, lainage,...).

    Quelques modèles de "Farmla"  de : Djerba, Bizerte, Hammamet, Mahdia, Nabeul, Monastir.

    farmla de djerba farmla de bizerte farmla de hammamet farmla de mahdia

    farmla de mahdia2 farmla de nabeul farmla de monastir farmla de monastir

     

    La "Farmla" désigne, principalement à un  gilet à larges  galons d'or, ouvert sur le devant et garni de boutons sans toutefois comporter de boutonnières. On porte ce gilet sur une camisole qui porte le nom de "Sadria"

     


    4 commentaires
  • Voici quelques costumes , tenues de soirées et de mariage,  présentés par lettre alphabétique des villes.

    Si aujourd'hui, les Tunisiens s'habillent et se parent de la même façon, il en était autrement au début du siècle, où chaque région, chaque village avait ses costumes masculins et féminins.

    bizerte djerba douz gafsa

    Le costume traditionnel se caractérise par sa variété, la pièce essentielle qui le constitue est la tunique  " coupée cousue ".

    gafsa hammamet hammamet2 jendouba

    Conçues, dans des formes larges et simples, les tuniques sont souvent sans manches, coupées dans des tissus de laine, de coton ou de soie, selon les circonstances.

    kairouan kasserine kebili kef

    La broderie est le signe distinctif des différents costumes régionaux. fils d'argent, paillettes et cannetilles sont des ornements de presque tous les vêtements féminins : chemises, gilets, robes, foulards, coiffes, manche et tuniques de mariage

    (je mettrais des robes de mariées dans le bas de cet article) .

    kerkenah mahdia mahdia2 matmata

    Les villageoises des montagnes du sud rehaussent leurs élègantes robes drappées de motifs géométriques.

    moknine monastir nabeul raf-raf

    Leurs coiffes richement décorées de broderies de soie, d'argent, de perles et d'or, des bijoux nombreux et variés, des chemisiers aux larges manches en dentelles, des chaussures aux broderies adaptées étaient les compléments indispensables à ces costumes féminins.

    sfax sidibouzid silana sousse

    Le costume traditionnel est aujourd'hui, encore, la tenue par excellence pour les mariages et les cérémonies.

    sousse2 tozeur tunis

    Quelques modèles de robes de mariées : 2 de Djerba...

     djerba1  djerba2

    Modèles de robes de mariées tunisiennes...

    1 2 

    3 4 

    5 6 

    7 8


    4 commentaires
  • 1- bijoux berbères

    Les bijoux en Tunisie existent depuis l’Antiquité. Leurs créations ont été influencées par les Romains, les Byzantins, les Arabes ou les Turcs qui ont utilisé divers matériaux. Aujourd’hui, la valeur symbolique a laissé la place à la valeur esthétique. 

     

     Les bijoux berbères de Tunisie :

    Les  bijoux Berbères sont des bijoux de grande taille pesant près d’un kilo et représentent des symboles.

    Par exemple, le talisman ou la main de Fatma ou « khamsa » 2- khamsareprésente la créativité et la protection. L’énergie positive, la protection des gens ou des endroits sont représentées à travers les 5 doigts. Ce sont les chiffres qui donnent ce pouvoir protecteur, car le cinq est un nombre sacré et magique. Les 5 doigts de la main de Fatma représentent le Prophète Mahomet et les quatre femmes parfaites.

    Aujourd’hui, les bijoux jouent des rôles sociaux, particulièrement chez la femme. Il existe des bijoux citadins  influencés par l’Andalousie médiévale. Ce sont des bijoux en or ou en argent, finement ciselés, ajourés, filigranés ou encore rehaussés de pierres ou de perles3- bijoux citadinsLes bijoux ruraux sont en argent et arborent des motifs sobres, mais avec des formes variées. Ils sont proches des influences espagnoles et africaines. La fabrication des bijoux se fait de façon traditionnelle avec le filigrane qui est un fil de métal torsadé, aplati et enroulé.

    Les types de bijoux en Tunisie
    Les femmes en Tunisie possèdent différents bijoux parmi lesquels les colliers, les parures de poitrine, les fragments libres ou bracelets et bagues. Qu’elles soient originaires du Nord, du Sud, de l’Est ou de l’Ouest, leurs bijoux sont les mêmes. Ils comportent des chaînes, des anneaux, des perles ou des pierres. Les bijoux de Tunisie peuvent se répartir en quatre catégories. Pour les femmes, les bijoux citadins sont en or et sont sertis d’émeraudes, de diamants ou de rubis.

    4- khannaga 5- anbar 6- zouina

     Les hommes Djerbiens et Tunisiens préfèrent les bijoux Berbères en argent tels que les bagues, 7- Bague Berbèreles bracelets  longs 8- Bracelet long

    les  bracelets courts 9- Bracelet court  10-bracelet de la protection et de la fécondité

    les  bracelets en argent doré 11- Bracelet Berbère en argent doré

    Sur la poitrine s’étalent des parures, telle la Rihana 12- Rihana   une grande chaîne d’anneaux plats en argent ou en or,

    ou encore des pendentifs .13- pendentifs 14- Pendentif Berbère

    Ce bracelet peut être porté soit à la cheville, soit au poignet ou au coude 15- bracelet de cheville de oignet ou de coude

    Les bijoux sont également portés pour les jours de fête. Les fibules sont des bijoux qui se portent par paires sur la poitrine, rattachant une pièce de tissu enveloppant les femmes Berbères   16- fibule 18- fibule berbère poisson face19- fibule de dos17- fibule berbère en demi luneAinsi que des kholkhal qui se portent aux chevilles en or ou en argent, est le symbole typique de la très riche féminité et de la séduction. Il a la singularité de mettre en valeur les détails de la cheville de la femme. Avant, on appelait ce bijoux « Kholkhal Bou Ratlin » pour mettre l’accent sur sa valeur matérielle (puisqu’il est en or) mais aussi pour faire allusion explicitement à la beauté de la cheville d’une fille qui ne montre ce qui se cache derrière son sefsari. Il y a même une chanson populaire qui a le même titre « Kholkhal Bou Ratlin ».

    20- kholkhal symbole très riche de féminité et de séduction   21- Une paire de KHOLKHAL Berbère en argent creux

    Les fibules sont portées sur les vêtements, particulièrement sur les épaules.

    Le serdal est un est un bijou frontal 22- le Serdalcomposé par des pièces de monnaie qui sont cousues sur des pièces de laine ou de soie.

    Les parures de poitrine sont en plaqués or recouverts de pierres et peuvent être des colliers avec des rosaces et des boules en or.23- parure1 24- parure2

    Des breloques sont suspendues et possèdent des valeurs protectrices 25- breloques      26- breloques2

     Le Lebba est un vieux collier qui couvre la poitrine. Il est composé d’un taj diadème décoré avec des chaînettes ou des charnières. Sur un bandeau décoré par des perles. Ce bijou est porté par l’épouse pendant les grands mariages.jour du mariage

      

    27- bijou berbère

    Les bijoux Imazigh (Berberes) sont souvent en argent,  sertis de pierres, et de grande dimension 28- femme berbère

     Les fibules étaient les «épingles de nourrice» qui permettait de faire tenir les toges et autres vêtements drapés, depuis les grecs et romains antiques jusqu'aux mérovingiens, avant le Moyen Age.

      

    Devanture d’une bijouterie

    29- bijouterie

      

     


    6 commentaires
  •  Comme dans toutes les cultures, le Mariage Djerbien est un événement heureux pendant lequel la famille et les amis sont conviés à faire la fête. Il se déroule selon des étapes bien précises en accord avec les traditions ancestrales. De même, les tenues portées lors de l’événement sont elles aussi uniques.

    Les traditions lors d'un mariage Djerbien :

    Le mariage traditionnel à Djerba est riche en évènements et en symboles. Il est plus que l'union des deux individus, il unit deux maisons au sens d'unité domestique. Tout au long du déroulement de cette cérémonie on observe deux lieux de fêtes, deux rituels planifiés à des moments et des jours bien précis. Les maisons des futurs époux sont mises en relation tout au long du déroulement du mariage par un échange d’objets qui représentent un dialogue symbolique et codifié. Ces dons (sucres, œufs, henné…) Parmi le langage des signes que les deux maisons peuvent échanger, c’est que la famille de la future épouse envoi un enfant qu’on appelle «sabeg rezgou»,  sabeg rezgou cet enfant symbolise l’innocence et la baraka que la femme apportera au foyer de son futur mari, et l’œuf qu’il accrocha dans un coin de la chambre des futurs époux symbolise la fécondité.

    Pour la mariée, le mariage commence par un tour au hammam. Elle y prend son bain d’avant mariage. Elle reçoit toute l’attention des nombreuses femmes, amies ou membres de la famille, pour un gommage et un masque à l’argile par exemple. Le but est de donner à sa peau éclat et douceur. Ensuite, il y a l’Outia. Cette fête organisée dans une salle dans la maison des parents ou à l'extérieurextérieur, prend place dans les deux jours qui précèdent la cérémonie du mariage. C’est à ce moment que  le henné de Gabes est appliqué.  

    L'Outia fête qui se déroule deux nuits avant la fête du mariage finale, elle est aussi considérée comme la dernière nuit pour l'application du Henné, ainsi la couleur deviendra plus foncée et meilleure (presque noir).
      2 3 3-3

     

    La tradition tunisienne c'est de faire le henné durant trois nuits consécutives sur les mains et les plantes des pieds, avec des formes géométriques tel que le cercle (symbole de l'absolu),le carré, le losange(symbole de féminité chez les berbères). Et aussi des formes faisant référence à quelques animaux comme le poison (signe d’abondance, de fécondité, de sérénité),le serpent (représente chez les berbères la continuité de la relation entre l’homme et la femme et représenté par des traits parallèles ou sinusoïdal continus).

     4- mariée

    La jeune mariée est conduite à la maison du mari dans son habit traditionel à la nuit tombé, par un cortège bruyant. Elle-même ne voit rien du trajet puisqu'elle est amenée dans un palanquin à armature de bois d'olivier recouverte de divers voiles solidement attachés par une ceinture de tissu blanc sur le dos d'un dromadaire : la jahfa jahfa.  Ce cortège symbolise le déplacement de la femme du foyer parental vers son nouveau foyer, durant le trajet le cortège attire l’attention en avertissant, en parlant par des gestes et des actes chaque moment du passage d'une maison à l'autre, on entend alors des chants, des youyous, des bruits du tambour 6- musicien et même parfois des coups de fusil afin d’attirer la baraka.

     Durant le rituel du mariage, le mari est appelé sultan (roi ou chef) et son témoin wasir (ministre). Cette appellation non négligeable à une dimension politico-social, elle prépare l’époux à sa nouvelle responsabilité, lui donne le courage d’affronter les difficultés de la vie et lui offre une certaine indépendance familiale.

    Les  costumes des mariés... mariés

    1

    L’un des rituels le plus marquant du mariage Djerbien c’est la Berboura ou bien le rite de l’olivier sacré. Cette pratique a lieu le dernier jour du mariage en général après le couché du soleil. Le mari est habillé en costume traditionnel blanc « El-houli », escorté par un cortège composé d’hommes et de femmes, on entend alors des chants inspirés d’une coutume berbère lointaine et accompagné d’un rythme de darbouka (tambour) . Arrivé à coté de l’olivier, le mari effectua alors les sept tours du Zelmati (olivier), puis l’une de ses proches arracha une branche de l’olivier et la lui donna, ensuite le mari fouetta les célibataires qui l’entouraient et qui désiraient trouver une partenaire. Cette branche sera gardée pendant quelques jours dans la chambre nuptiale. berboura La Berboura

     Si on jette un regard critique sur ce rituel, on découvre que l’olivier chez les anciens habitants de Djerba symbolise la vie et la stabilité familiale représentée par ses racines enfoncées dans le sol, aussi synonyme de la force, puisque l’olivier défie un terrain aride pour donner richesse et prospérité, l’olivier arbre millénaire, est aussi signe de continuité représentée par les branches symbolisant les enfants.

    A l’arrivée du cortège, le mari jette un œuf au-dessus de la jahfa. Ce geste à beaucoup de significations chez les anciens habitants de Djerba, puisque l’œuf c’est le symbole de vie, de fécondité, de fertilité, de renaissance et de chance. Ce geste est souvent accompagné de chants religieux. La fête peut commencer avec les invités des deux familles, cette réjouissance va durer  trois jours, dans des costumes de couleurs vives.

       7- invités      13-

       

           Mariage Djerbien

      

     

    Mariage Djerbien Mariage Djerbien

    Le bouquet de la mariée en boutons de Jasmin

    Mariage Djerbien


    10 commentaires
  • Le Narguilé :

    narguiléLe narguilé est une pipe à eau qui permet de fumer une préparation à base de tabac nature (tabamel) ou aromatisé aux fruits. On trouve des tabamels à tous les goûts, de la pomme à la cerise, de la menthe aux multi fruits et même le capuccino ou le cola. La fumée est aspirée par un tuyau flexible et traverse un vase rempli d'eau. L'eau refroidit la fumée et la rend très douce.

    2

    Le narguilé est avant tout une source de détente et de plaisir qui favorise le contact humain.

    dantan anciens

    Il est important de préciser que beaucoup de synonymes et d'orthographes existent pour désigner le même objet. Selon les pays (Tunisie, Maroc, Turquie, Europe...), elle peut être indifféremment appelée :

    Narguilé, narghilé, nargile, narghileh 
    Shisha, chicha, sheesha, shishah 
    Hookah, hooka, huka, houkah, houka
    Hubble Bubbly, galyan, argila, boury, gouza

    Les deux principaux noms que vous trouverez en France sont narguilé et chicha et parfois leurs dérivés.

    Le mot « narguilé » a des origines très incertaines, mais l'on distingue cependant des origines perses et arabes. « Naghilé » a la même racine que le mot persan nãrgil du sanscrit nãrikera qui veut dire noix de coco, en référence à la forme générale du récipient recevant l'eau qui étaient souvent de simples fruits. Le synonyme « shisha » a également des origines perses. Il vient du mot shishe qui signifie bouteille.

    Certains narguilés sont de véritables œuvres d'art et n'ont parfois qu'une fonction strictement décorative.

    déco


    12 commentaires
  • L’histoire riche en événement de l’île a sûrement façonné le caractère du Djerbien. Tant de peuples et de civilisations ont marqué l’histoire de Djerba. Le Djerbien, comme il était décrit par beaucoup d’historiens, possède une nature calme, un esprit très rigoureux et logique. Sa courtoisie et sa générosité charment les visiteurs de Djerba. Malgré que le Djerbien ait connu durant son histoire de moult guerres et invasions ennemis reste accueillant et chaleureux envers tout étranger désirant admirer la beauté de cette île. Il est très conservateur, attaché aux traditions aime bien une vie simple et tranquille.

     La population de Djerba a conservé son originalité et trouve son identité dans une culture musulmane. Le Djerbien est pieux mais tolérant et n’a aucun mépris envers les autres religions et arrive à cohabiter avec d’autres populations de confession différente tel que le Judaïsme et le Christianisme.

     Le Djerbien aime bien vivre en communauté mais en préservant sa vie privée. Ses pensés ne sont pas basées sur des préjugés ethniques puisqu’on constate que les habitants de Djerba sont composés de plusieurs communautés ethniques et religieuses.

     Tout d’abord la communauté noire installée depuis plusieurs siècles dans l’île, fait partie intégrante de la population de Djerba. Entièrement islamisé et arabisé cette communauté, originaire de l’Afrique noire, ne peut pas être distinguée du reste de la population ni par son mode de vie ni par ses coutumes.

     Ensuite la population juive ne peut pas être distinguée par un simple visiteur du reste de la population ni par sa tenue vestimentaire ni par l’aspect physique. Ils parlent la même langue que les autochtones avec un accent légèrement distingué.

     Le Djerbien est un voyageur et négociant par nature, là où il s’installe laisse une bonne impression. Avant de se consacrer quasi exclusivement au commerce la population Djerbienne était rurale et artisanale. L’exceptionnelle réussite du Djerbien dans le secteur commercial ne laisse pas les chroniqueurs indifférents sans essayer d’analyser les origines de cette réussite, est ce c’est le sens de profit ou la rigueur et l’acharnement au travail ? Le Djerbien on le trouve très présent hors des frontières de son île, supporte plus qui conque l’éloignement de sa famille et parfois même d’une façon exagérée pour chercher plus de profit et richesse.

     Mais est ce que toutes ces qualités que possédait le Djerbien sont toujours présentes et le font distinguer des autres. Je laisserais à chacun d’essayer de tirer conclusion ou d’observer si les principes tel que l’honnêteté, la tolérance, la générosité … marquent toujours le caractère du Djerbien ?

     Origines des populations Jerbiennes

    Population

    Origine

    population arabe 

    Moyen Orient et Péninsule Arabique 

    population berbère 

    Liban 

    population juive de Hara Seghira 

    Palestine et Mésopotamie 

    population juive de Hara Kebira 

    Espagne, Turquie, Libye, Syrie 

    population noire 

    Soudan et Niger 

     

      

     

      

     

      

       Origines des Berbères 

     Que veut dire le mot berbère ? Les Latins utilisaient le mot « Barbarus » pour désigner les populations étrangères à la civilisation gréco-romaine. Plus tard les Arabes ont pris ce mot en le transformant en « Barabira » pour désigner la population du Maghreb. Mais les berbères se donnent comme nom les Imazighens au singulier Amazigh qui veut dire « Homme libre ».  

      Sur un plan historique, Procope ( le plus important des nombreux écrivains qui nous ont transmis l'histoire de l'empire de Byzance) qui a accompagné en Afrique au VI e siècle le général byzantin “Bélisaire  confirmait que les Berbères (Maures) étaient d'origine Cananéenne. Selon Procope, la conquête de la “Terre Promise” fit fuir les autochtones qui vinrent se réfugier entre la Libye et le détroit de Gibraltar. C'est l'hypothèse de l'origine orientale des Berbères. Plus tard, les auteurs arabes essayèrent de conforter cette origine de Palestine. 

     

     canaan

    Le pays de Canaan est un terme pour décrire la partie de la Syrie et la Palestine située entre la Méditerranée et le Jourdain

     

    Ibn Khaldoun, grand historien tunisien 1331-1406 a consacré un chapitre entier de sa Moukadama à l'Histoire des Berbères , fait remonter les Berbères à “Canaan”, fils de “Cham”, lui même fils de Noé. L'ancêtre de ces Berbères appelé Mazigh luttait contre les Israélites. 

      Dans tous les cas de figure, on peu considérer aujourd'hui que les Berbères sont les véritables autochtones du Maghreb depuis près de 7 000  ans.

      En conclusion, les Berbères sont les enfants de Canaan, fils de Cham, fils de Noé, descendant des Mazighs, parents aux Philistins.

     Aujourd'hui la langue berbère est encore parlée à Djerba surtout dans la région entre Guellala et Ajim, et cette langue est appelé « El Jerbi ». 

     


    8 commentaires
  •  Le Dinar Tunisien.

    La monnaie officielle du pays est le dinar tunisien (TND) depuis le 1 er novembre 1958. Le dinar tunisien est divisé en 1000 millimes. Ce qu'il faut savoir c'est qu'on ne peut pas changer la monnaie tunisienne en dehors du pays, mais arrivée à Djerba vous pouvez facilement trouver des bureaux de changes ou des banques : dans l'aéroport, dans les hôtels ou bien dans les villes de l'île comme Houmt-souk ou Midoun.

    Voir le site pour avoir une idée sur le taux de change :

    http://fr.finance.yahoo.com/convertisseur/

    Au 28 Juin 2011 la valeur était de :

    1 Dinar = 0,5058 Euro

    1 Euro = 1,9771 Dinar

     

     Les pièces de monnaies :

    1 millime ; 2 millimes ; 5 millimes ; 10 millimes ; 20 millimes ; 50 millimes ; 100 millimes ...millimes

     1/2 dinar ou 500 millimes ;           1 Dinar ;           5 Dinars . 

    500 ... 500 ... 5 

    Les billets :

    5 Dinars    5 1 5 2

     5 Dinars   5 3 5 4

    10 Dinars   10 5 10 6

    10 Dinars   10 7 10 8

    20 Dinars   20 9 20 10

    30 Dinars   20 11 20 12

    50 Dinars   50 DN 13 50 DN 14

    La particularité de DNT, c'est son fractionnement. Il n'y a pas de centimes, mais des millimes.

    Les échanges se font via les billets 10 et 20 DNT principalement. L'utilisation des billets reste toutefois limitée, du fait de leurs valeurs plutôt importantes.

    La plupart des paiements se réalisent via les pièces. Vu le taux de change, et la fraction de dinar qu'elles représentent, les pièces de 20, 10 et 5 millimes ne servent quasiment pas.

    Enfin, il faut savoir que différents pays Arabes ont comme monnaie le Dinar (Algérie, Irak, Libye, et donc Tunisie). Chaque monnaie est indépendante, il ne faut donc pas confondre 1 Dinar tunisien et 1 Dinar Algérien : exemple ... 1 € = 100 DNA = 1.8 DNT.
    Attention aux pièges !

      

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique