• BIZERTE : 

    Bizerte est une ville du nord-ouest de la Tunisie située entre la mer Méditerranée et le lac de Bizerte. Elle est le chef-lieu d'un gouvernorat peuplé de plus d'un demi-million d'habitants.

    Petit comptoir fondé aux environs de 1100 av.J.C par les Phéniciens, la ville passe sous l'influence de Carthage après la défaite d'Aghatocle pendant les guerres puniques. Elle est ensuite occupée par les Romains sous le nom d'Hippo, Hippo Accra, Hippo Diaritus ou Zaritus. Sa conquête efface d'un trait neuf siècles d'histoire punique.

    La ville est ensuite conquise par les armées musulmanes qui lui donnent son nom actuel.

    Embouchure du port de Bizerte :

    Embouchure du port de pêche de Bizerte


    Lac de Bizerte :

    Lac de Bizerte


    Centre ville de Bizerte :


    Centre ville de Bizerte


    Eglise Orthodoxe de Bizerte :

    Eglise Orthodoxe de Bizerte


    Champ de blé sur la route de Bizerte :

    Champs de blé, sur la route de Bizerte

     

    Pour ceux qui veulent en savoir d'avantage sur Bizerte, voici un lien que mon ami Hamdibey offre si gentiment : 
    Une nouvelle Marina un port moderne c'est ici...

     


    6 commentaires
  • CAP NEGRO : 

    Cap negro est situé entre Sejnene et Nefza dans le nord de la Tunisie, à 11 km de piste de la route principale. Cette région d'une rare beauté est caractérisée par une verdure dominante et par ses immenses forêts de chêne de liège et de pins ainsi que d'innombrables types de végétations.

    8 km de piste  en 1h.... en 4x4. Voilà le prix à payer pour découvrir Cap Négro

    A Cap Negro il n’y a rien. 
    Il n’y a ni de réseau d’électricité,  ni eau potable, ni facteur, ni magasin d’alimentation, ni mareyeur. 
    A Cap Negro il n’y a rien. 
    Il n’y a ni café, ni boucher, ni boulanger, ni coiffeur. 
    A Cap Negro il n’y a rien. 
    Il n’y a ni banque, ni PTT, ni percepteur.

    A Cap Negro, il y a quelques maisons accrochées à un rocher. La vue sur la baie est splendide. La mer couleur émeraude est d'une rare beauté. La plage aurait pu être plus belle s'il n'y avait pas tous ces déchets rejettés par la Méditéranéee. Heureusement les habitant les ramassent et les déposent au pied de la falaise. Faute de moyens ils ne peuvent faire mieux.

    Il n’y a certes rien à Cap Negro mais il y a quelque chose qui rode autour de vous et qui vous envahit. Il s’appelle «Bonheur ».

    Pointe de Cap Negro.

    Pointe de cap-negro

     

    Cap Negro. 

    Cap-Negro

     

    Baie de Cap Negro. 

    Baie de Cap Negro

     

    Cap Negro vu d'en haut. 

    Cap Negro vu d'en haut

     
    Superbe vue de Cap Negro. 

    Superbe vue

     

    Comment se rendre à Cap-Negro ?

    De Nefza, vous prenez la direction de Bizerte sur  une dizaine de km vous trouverez un panneau indiquant "Cap Negro".  Engagez vous sur cette petite route sur 2 km qui aboutit sur une piste difficile, rocailleuse et parfois étroite qui vous mènera jusqu'à destination.  


    7 commentaires
  • CARTHAGE : 

    Histoire de Carthage - Les ruines d'une ville Phénicienne, puis Romaine. 

    Carthage : Carthage, dont l’histoire s’échelonne sur près de trois millénaires, était autrefois la capitale d’un puissant empire méditerranéen, avant d’être rasée par les Romains durant la troisième guerre punique, en 146 avant J.-C.. Elle renaquit de ses cendres dans les premiers temps du Christianisme, dont elle devint l’un des principaux bastions, avant d’être à nouveau envahie et détruite, par les Musulmans cette fois, à la fin du 7 ème siècle. Aujourd'hui classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, Carthage est rapidement accessible en train de Tunis et possède plusieurs sites intéressants à visiter comme le port punique et le Musée national de Carthage

    Le port Punique de Carthage

    Port punique de Carthage

     

    Musée National de Carthage

    Musée national

    La ville devient une puissance dominante en Méditerrané occidentale au 4ème siècle av. J.-C.
    Les Carthaginois pratiquaient un culte polythéiste originaire du Moyen-Orient. Ils vénéraient en particulier Baal et Tanit. Rome les accusa longtemps de sacrifier des enfants (cérémonie du molk), ce qu’il convient de nuancer. Une hypothèse parmi d’autres suggère que le rituel d’incinération avait surtout pour objectif de renvoyer l’âme des enfants défunts par le plus court chemin vers Ba’al Hammon à une époque où la mortalité infantile était plus qu’importante malgré les progrès en matière d’hygiène.

    Tophet et stèle des sacrifices à Carthage.

    Tophet et stèle des sacrifices à Carthage.

     

    Ce sont les Carthaginois qui introduisent le glaive court en fer dans le bassin méditerranéen, car jusqu’ alors, les guerriers s’affrontent à l’aide de lances et de frondes. Carthage conquiert l’Hispanie ainsi que la Sicile où elle se heurte aux Romains.
                                                   
                                                     Glaive court Carthaginois.

    Glaive court Carthaginois

     

    Les Carthaginois sont finalement battus par le général romain Scipion (Scipio en latin). En effet, une série de trois conflits entre les deux puissances, les guerres puniques (les Romains nomment les Carthaginois Poeni), débutent au 3ème siècle av. J.-C. et se terminent avec la victoire de Rome et la destruction de Carthage en 146 av. J.-C., après un siège de quatre ans. Après une tentative avortée des Gracques, Jules César fonde par la suite une cité sur les ruines de la ville punique (Colonia Julia Carthago). Celle-ci devient la capitale de la nouvelle province d’Afrique. Au  Bas-Empire, la cité, gagnée au christianisme, subit les persécutions impériales. Carthage devient, au 4ème siècle, l’une des plus grandes Capitales spirituelles d’Occident.

    Ruines de Carthage.

    Ruines de Carthage

      

    Ruines de Carthage.

    Ruine de Carthage

     

    Ruines de Carthage.

    Ruine de Carthage

    Ruines de Carthage.

    Ruine de Carthage

     

    Elle est conquise en 439 par les Vandales menés par Genséric, qui y fondent un royaume. L’Église est alors victime de persécutions et particulièrement meurtrie. La reprise par les Byzantin (Empire romain d’Orient) en 533 ramène la prospérité à la capitale d’Afrique.

    Les invasions barbares provoqueront la chute de l'Empire romain d'Occident. Genséric conquerra les îles de la Méditerranée occidentale et l'Afrique du Nord, puis établira sa capitale à Carthage. Il fondera ainsi un véritable empire, que ses descendants ne sauront pas conserver.

    Invasions Barbares

     

    À l’époque des conquêtes arabes, Carthage est en proie aux épidémies. Les Arabes prennent la ville en 698 mais lui préfèrent Tunis, la cité voisine, qui donne son nom au pays, celui d’Afrique désignant désormais le continent entier. Carthage ne connut plus jamais sa gloire d’autrefois.

     

    Au Moyen-âge, Saint Louis prend la ville pendant la huitième croisade, au cours de laquelle il meurt de la dysenterie. Il espérait alors convertir le sultan Hafside au christianisme et le dresser contre le souverain d’Égypte afin de forcer ce dernier à se retirer de Jérusalem. L’échec de cette stratégie marque la fin des croisades. Une cathédrale fut élevée au 19ème siècle sur la colline de Byrsa, à l’endroit présumé de sa sépulture.

    Colline de byrsa

     

    Jusqu’à la redécouverte de Carthage au 19ème siècle, les ruines furent pillées pour ses marbres afin de construire, en Afrique comme en Europe, des édifices publics ou religieux. Enfin, en février 1985, Ugo Vetere et Chedli Klibi, maires respectivement de Rome et Carthage, signèrent de manière symbolique le traité de Carthage, un traité de paix mettant officiellement fin à la dernière guerre ayant opposé les deux cités, la Troisième Guerre punique.

    Découverte des ruines de Carthage

      

    Edifiée en 1890 en l’honneur de Saint Louis mort devant Tunis en 1270, par le cardinal Lavigerie, cette cathédrale n’accueille plus aucun office pratiquement depuis l’indépendance.
    Elle est actuellement dédiée à a culture et abrite un petit musée paléochrétien sans grand intérêt.
    A noter sur les piliers, les plaques avec les noms des 234 souscripteurs pour la construction de cette cathédrale, tous descendants de croisés. 

    Cathédrale Saint-Louis Carthage

     


    14 commentaires
  • CHENINI : 

    Village Berbère, est un village surplombé par un ksar citadelle, ou kalâa, juché sur une butte à environ 500 mètres d'altitude. Il s'agit d'un lieu de stockage des réserves alimentaires et des biens de valeur qui servaient également de refuge en cas d'attaque. Comme les ksour de Douiret ou Guermessa, il a « permis aux Berbères de se maintenir, tout en établissant des relations de clientèle et de protection avec les tribus arabes. Lorsque le risque d'invasion ou de pillage est devenu moins important et avec la sédentarisation des berbères, le village a commencé à se développer sur les flancs de la butte et vers le bas » jusqu'à la création du nouveau village de Chenini vers 1960 .


    Chénini
    est à 20 km au nord de Douirat. Le village grimpe le long d’une falaise, rejoignant les ruines d’un ksar, au sommet. Essayez de grimper, la vue est imprenable ! Le ksar de Chénini est toutefois l’un des plus visités.

    Ville Chénini

     

    En allant vers le nouveau village, une petite mosquée est réputée pour être le lieu de sépulture de sept chrétiens, appelés les sept dormants. Les ruines de l’église sont aujourd’hui dressés. Dans l’espoir de la réincarnation, bon nombre des premiers chrétiens souhaitaient être enterrés là. Tombes vus tout autour de l’église sont liés à cela.

    Mosquée et cimetière de Chénini

     

    La grotte des sept dormants,  l'histoire des sept dormants d'Ephèse qui fait l'objet d'une sourate du Coran "les gens de la caverne".
    Les Sept Dormants, lieu troublant, mystique et magique dans l'éblouissante lumière. Derrière la mosquée blanche de Chenini, un sentier conduit en une vingtaine de minutes de marche à une autre mosquée et à de curieuses tombes  de 5 m de longueur appelées les tombes des Sept Dormants. Selon la légende, sept chrétiens (et un chien) se cachèrent dans une grotte des environs pour échapper aux persécutions des Romains. Après avoir dormi pendant 400 ans ils se réveillèrent dans un monde islamisé depuis longtemps. Leurs corps avaient continué à grandir pendant leur sommeil et ils mesuraient maintenant 4 m. A peine réveillés, ils moururent et furent enterrés dans cette même grotte.

    Tombes des sept dormants

     

    Cet ancien village berbère avec ses habitations troglodytes et ses habitants, les femmes en tenue Berbère.

    Femme en tenue Berbère

    Femmes Berbères

     

    Je ne sais pas pour vous, mais pour moi cet endroit magnifique me fait rêver, le jour ou j'y suis allée, j'y ai gardé une forte impression au fond de moi, comme si les murs me parlaient, étrange non ?.....

    Ksar de Chénini

     

    Une vue qu'on aperçoit du haut du village de Chenini à côté de Tataouine, et ses belles Roses des sables.

    Vue d'en haut du village de Chénini

     

    Petites fleurs du désert.

    Fleur du désert

     

     


    10 commentaires
  • DOUZ : 

    Douz est une petite ville de la région de Nefzaoua, de 17000 habitants, sur la rive sud-est de Chott El Jérid. Sa principale ressource est la culture du palmier dattier. Ses oasis sont splendides et son souk (chaque Jeudi matin) est très beau. Douz est aussi la plaque tournante du tourisme Saharien, vue sa situation géographique à la lisière de l'Erg Oriental. C'est le point de départ de la plupart des randonnées chamelières, des méharées et des excursions en 4x4 à travers les dunes en direction des sources d'eaux chaudes au milieu de l' Erg.µ
    Douz : est surtout connue par son "Festival du Sahara" durant les vacances d'hiver au mois de décembre. A ne pas manquer si vous passez par là !

     

    Douz est le pays des bédouins. Depuis l'antiquité leur activité principale repose sur  la culture des palmiers dattiers, l'élevage des dromadaires et des méharées.

    Place des martyrs à Douz

     

    Au milieu du chott une personne est venue déposer  anonymement, cette barque, sur une mer qui ne l'est pas. ....Un artiste sans doute.

    Barque dans le lac salé du  Chott

     

    Majestueux, élégant, mais fragile, le Sloughi (lévrier du désert) est le seul chien, toléré, sous la tente des bédouins, il leur sert de chasseurs aux lièvres.        

                                                     Lévrier et bédouin   Chameliers et lévriers

     Bédouins et Lévriers

                     Bédouin  fier de  son lévrier
       

     

    Chaque année se déroule le Festival international du Sahara rassemblant les Tribus nomades de Tunisie, d'Algérie, de Libye, d'Egypte, de Jordanie, du Koweït et une équipe française  de jockeys de dromadaires. La manifestation folklorique, qui dure quatre jours, se déroule à la manière de Jeux olympiques du désert. La grande course est un marathon international de dromadaires de 42 kilomètres.

    Je vous assure que c'est a voir !


     

    Cavaliers et montures ouvrent le festival de Douz

     


    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique